Planning aéroclub : Une crise potentielle de surproduction

Son pays a inversé la tendance, selon lui, grâce à la libéralisation du marché du travail et au contrôle des dépenses publiques. La perception se saisit des ébranlements infiniment répétés qui sont lumière ou chaleur, par exemple, et les contracte en sensations relativement invariables : ce sont des trillions d’oscillations extérieures que condense à nos yeux, en une fraction de seconde, la vision d’une couleur. Sans doute, cette philosophie n’obtiendra jamais de son objet une connaissance comparable à celle que la science a du sien. La doctrine serait-elle atteinte dans ce qu’elle a de plus intéressant et, pour nous, de plus important ? En effet, les économistes ont davantage tendance à se baser sur ces conditions pour procéder à des comparaisons censées analyser les défaillances du marché. Bien entendu, cela ne peut pas être le cas du propriétaire. Mais voici que le gros du public, foulé, pressuré, exténué, fait aussi sa révolution. Même si elle note le moment du passage, même si elle paraît s’intéresser alors à la durée, elle se borne, par là, à constater la simultanéité de deux arrêts virtuels : arrêt du mobile qu’elle considère et arrêt d’un autre mobile dont la course est censée être celle du temps. Les animaux, même les plus rapprochés de l’homme, ne nous paraissent avoir qu’une perception très-obscure des rapports de temps, de durée, et de tout ce qui s’y rattache. Elles nous paraissent pécher par le défaut de clarté, ce qui est peut-être plus la faute de la nature des choses que la sienne, nous louerons au contraire les belles analyses psychologiques, vraiment neuves et dignes d’entrer dans la science, par lesquelles il nous montre l’âme s’élevant peu à peu à la liberté par les différens degrés de l’idée, du désir et de l’amour. Et durant les perturbations économiques actuelles, il existe une politique qui semble avoir fait ses preuves jusqu’ici : la dévaluation monétaire. A travers son histoire, la France a fait de la culture l’un des fondements de sa diplomatie : du pouvoir monarchique, dont le rayonnement des arts et des lettres devait illustrer la grandeur d’un royaume puissant et absolu, jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle, où la culture proposait les germes d’une diplomatie alternative dans un monde bipolaire, en passant par les Lumières, pour lesquelles elle se devait de porter à travers le monde le projet d’une civilisation humaniste fondée sur la liberté d’expression et l’égalité des droits. Malgré la haute importance des divers motifs précédents, des considérations encore plus puissantes détermineront surtout les intelligences populaires à seconder aujourd’hui l’action philosophique de l’école positive par leur ardeur continue pour l’universelle propagation des études réelles elles se rapportent aux principaux besoins collectifs propres à la condition sociale des prolétaires. Le second propulseur, c’est l’innovation. Sans doute un raisonnement en forme lui démontrerait qu’il est de son intérêt de promouvoir le bonheur d’autrui ; mais il faut des siècles de culture pour produire un utilitaire comme Stuart Mill, et Stuart Mill n’a pas convaincu tous les philosophes, encore moins le commun des hommes. Planning aéroclub aime à rappeler ce proverbe chinois « Alors que tu chasses un tigre par la porte de devant, un loup peut entrer par celle de derrière ». La sottise dont l’homme fait preuve généralement, le rendrait simplement pitoyable ; mais son outrecuidante infatuation le rend profondément contemptible, — d’autant plus que, les droits qu’il s’arroge, il les fait valoir avec cruauté ; qu’il se montre, non seulement maître glorioleux et imbécile, mais tyran implacable. La conséquence est assez importante, elle s’éloigne assez des idées reçues, de l’opinion générale et des apparences sensibles, pour que l’on se montre difficile sur la démonstration des prémisses.

Publicités