Liberté d’Expression sur l’Internet – Unesco

Les collectivités locales ont en principe le libre choix de leurs dépenses, mais cette décision est très largement déterminée dans la pratique par le cadre juridique de la TVA et l’existence du FCTVA. Inutile donc de lui adjoindre ces corollaires de la performance et de la réussite qui collent à nos sociétés comme le sparadrap au doigt de Liberté d’Expression sur l’Internet – Unesco. Je ne dis pas qu’il le fait exprès. Par ailleurs, l’essentiel de l’effort fiscal jusqu’à présent a été porté par les petits revenus. Mais les une et les autres admettent l’équivalence ou, comme on dit plus souvent, le parallélisme des deux séries. Tétanisé par le chômage de masse et par l’agitation sociale qui en serait immanquablement issue, le Parti Communiste participe activement au pourrissement de son tissu économique – et ce faisant se saborde – en évitant la faillite à nombre d’entreprises désormais parasites. Le partage et l’utilisation anonyme d’identifiants sont cependant de plus en plus répandus sur le web… Pour les récupérer elle passerait du temps avec un membre des équipes administratives qui viendrait lui expliquer la loi, son application et les moyens de s’y conformer. Telle est donc la disposition générale qui doit finalement prévaloir dans la philosophie vraiment positive, non seulement quant aux théories directement relatives à l’homme et à la société, mais aussi envers celles qui concernent les plus simples phénomènes, les plus éloignés, en apparence, de cette commune appréciation : concevoir toutes nos spéculations comme des produits de notre intelligence, destinés à satisfaire nos divers besoins essentiels, en ne s’écartant jamais de l’homme qu’afin d’y mieux revenir, après avoir étudié les autres phénomènes en tant qu’indispensables à connaître, soit La stratégie usuelle des gouvernements européens, qui traînent les pieds pour faire des réformes de peur de perdre les élections, est de mettre en cause la force de l’euro et l’absence de politique monétaire accommodante, évoquant le QE comme une potion magique à laquelle tout les pays hors zone euro ont recours mais dont ils seraient privés. L’homme aime à parler de la faiblesse de la femme. Si le monde est nécessairement produit par la substance divine, Dieu n’est pas libre ; il est donc imparfait, et la notion même de Dieu périt. L’animal a de l’espace une perception plus ou moins obscure et imparfaite, mais non pas fausse : sa perception étant, dans une mesure convenable, conforme à la réalité extérieure, et de plus accommodée à la nature des actes qu’il doit effectivement accomplir dans l’espace, d’après sa perception. Certes, si le mental était rigoureusement calqué sur le cérébral, s’il n’y avait rien de plus dans une conscience humaine que ce qui est inscrit dans son cerveau, nous pourrions admettre que la conscience suit les destinées du corps et meurt avec lui. Quant au bout-rimé ministériel, je lui apprends que les Anglais n’ont pas attendu sa manifestation délicate et congrue pour exprimer d’une façon tangible leurs sentiments à l’égard d’une nation qui se targue de son savoir-vivre. Ces gains étaient manifestes dans plusieurs secteurs, dont la vente de détail, le commerce de gros, les services financiers et l’industrie informatique même. Parlons d’abord de l’explication qui se rattache à l’influence des réactions mutuelles ; ce qui nous obligera de revenir sur ce qu’on entend en philosophie naturelle par état initial et par état final, et d’indiquer sur des exemples comment l’ordre et la régularité tendent à s’introduire dans le passage de l’état initial à l’état final. Si, en effet, nous la joignons à toutes les autres fonctions psychologiques, nous trouvons que l’ensemble exprime sous forme de multiplicité l’acte indivisible par lequel la vie a sauté de l’échelon où elle s’était arrêtée jusqu’à l’homme. Une telle transformation, qui déjà tend à prévaloir en France, devra naturellement se développer partout de plus en plus, vu la nécessité croissante où se trouvent maintenant placés nos gouvernements occidentaux, de maintenir à grands frais l’ordre matériel au milieu du désordre intellectuel et moral, nécessité qui doit peu à peu absorber essentiellement leurs efforts journaliers, en les conduisant à renoncer implicitement à toute sérieuse présidence de la réorganisation spirituelle, ainsi livrée désormais à la libre activité des philosophes qui se montreraient dignes de la diriger. Mais, quand même je serais dans l’erreur, quand les explications que je vous donnerai ne seraient pas satisfaisantes, il s’ensuivrait seulement que je me suis trompé, que j’ai mal vu la manière dont le fait arrive, qu’il faut la chercher de nouveau. La faculté générale de marcher, de courir, de mouvoir son corps, n’est que la somme de ces habitudes élémentaires, dont chacune trouve son explication propre dans les mouvements spéciaux qu’elle enveloppe. Mais tout le mécanisme de notre per­ception des choses, comme celui de notre action sur les choses, a été réglé de manière à amener ici, entre la mobilité externe et la mobilité intérieure, une situation comme celle de nos deux trains, — plus compliquée, sans doute, mais du même genre : quand les deux change­ments, celui de l’objet et celui du sujet, ont lieu dans ces conditions particulières, ils suscitent cette apparence particulière que nous appelons un ‘état’. Cet effort ne peut aboutir à créer de l’énergie, ou, s’il en crée, la quantité créée n’appartient pas à l’ordre de grandeur sur lequel ont prise nos sens et nos instruments de mesure, notre expérience et notre science. Marie Limerel était rentrée chez elle, c’est-à-dire dans la villa très modeste, un seul étage élevé sur un rez-de-chaussée, un minuscule jardin devant, un carré de gazon tondu en arrière, que sa mère avait louée, pour huit guinées par semaine, dans Westgate bay avenue. Le ralentissement mondial produit le ralentissement chinois, et son ralentissement propre s’autoalimente. Nous dirons maintenant que nos actions journalières s’inspirent bien moins de nos sentiments eux-mêmes, infiniment mobiles, que des images invariables auxquelles ces sentiments adhèrent. L’humanité s’est passée d’elles pendant fort longtemps ; et elles n’auraient peut-être jamais paru dans le monde s’il ne s’était rencontré jadis, en un coin de la Grèce, un petit peuple auquel l’à peu près ne suffisait pas, et qui inventa la précision [2]. Nos besoins sont donc autant de faisceaux lumineux qui, braqués sur la continuité des qualités sensibles, y dessinent des corps distincts. Au contraire la matière, telle que le réalisme la pose d’ordinaire, évolue de façon qu’on puisse passer d’un moment au moment suivant par voie de déduction mathématique. Mais nulle part la substantialité du changement n’est aussi visible, aussi palpable, que dans le domaine de la vie intérieure. Elle fabrique sur place, donc minimise les coûts et délais de transport, fabrique à la demande en pièce unique, économise le produit car elle est additive et non soustractive. L’enseignement de Soloviev n’est pas seulement théosophique, mais aussi une philosophie : il s’était assimilé toute l’évolution philosophique du monde. Beaucoup de ces faits objectifs peuvent expliquer des attitudes de repli, de rejet du système et de retour en arrière. Le processus vers une convertibilité totale ou partielle se fera donc lentement. C’est cette zone entière qui constitue, en réalité, notre état. Certains ne retiendront que la mauvais nouvelle : Il faut nous rendre à l’évidence, malgré l’interdépendance et la complémentarité énergétiques qui lient les pays de la rive Sud et de la rive Nord de la Méditerranée, il n’existe pas, aujourd’hui, de vision partagée lorsque l’on va trop loin dans le détail ni de cadre de gouvernance régional qui fassent consensus dans ce domaine. Néanmoins, la conférence du 11 décembre aura réaffirmé la place d’une « Méditerranée de projets » dans le domaine de l’énergie. Un engagement qui, lorsqu’il est concret, permet de donner à la vie professionnelle un sens plus fort. Avec leur Foreign Corruption Practices Act (FCPA) d’application très extra-territoriale de 1977, les États-unis ont décidé de faire la chasse aux sociétés – surtout non-américaines d’ailleurs (une seule société américaine fait partie du top 10) – qui, aux yeux des autorités de ce pays, versent des pots-de-vins ou procurent des avantages illicites, quelle qu’en soit la forme, directement ou à travers des intermédiaires, pour décrocher un marché ou conclure une transaction. Demain…Que la France, qui n’a pas confiance en elle-même, ait confiance en son alliée, c’est plus que problématique.

Publicités