L’éducation dans les méandres du capitalisme financier

Prenons la liberté, par exemple.Et tel est aussi celui de notre connaissance.Par elle s’établira une collaboration entre philosophes ; la métaphysique, comme la science, progressera par accumulation graduelle de résultats acquis, au lieu d’être un système complet, à prendre ou à laisser, toujours contesté, toujours à recommencer.J’en profitai pour explorer les environs.Mais comment pouvait-il en être autrement ?Remarquons-le, cette sanction n’est pas valable pour un être que, par hypothèse, on considérerait comme absolument solitaire ; mais, suivant la doctrine que nous examinons, il n’existe nulle part d’être semblable ; on ne peut pas sortir de la société parce qu’on ne peut pas sortir de l’univers : la loi morale n’est donc au fond qu’une loi sociale, et ce que nous avons dit des rapports actuels entre les hommes vaut aussi pour les rapports idéaux de tous les êtres les uns avec les autres.Vous verrez que nous ne supprimerons ni les universités, ni les sous-préfectures, ni les écoles d’ingénieurs inutiles.Dans les idées de Rousseau, ce ne pouvait guère être ni les lettres, ni le commerce, ni la marine.Comment expliquer la part si prégnante d’envois informels ?Ils ne connaissent pas, pour la plupart, le droit de l’Union, mais au moins, ils peuvent se rassurer en connaissant un peu de leur droit national en tant que citoyens ordinaires.La loi de con­servation de l’énergie exprimerait bien que quelque chose se conserve en quantité constante.Les cybercriminels parviennent à leurs fins en dépit des nombreuses couches de défenses en place.Ils ont choisi d’ignorer que la recherche n’obéit pas aux cycles politiques ; que l’investissement en R&D doit être soutenu dans la longue durée car la science s’apparente à une course de fond ; que certains de ses fruits peuvent être cueillis maintenant mais que d’autres pourront nécessiter plusieurs générations pour arriver à maturation ; que si nous ne semons pas aujourd’hui, nos enfants n’auront pas les moyens d’affronter les difficultés de demain.« Je dois nuancer », ajoute Antonio Fiori.

Publicités