Défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs et de leur famille

D’où la quasi-impuissance, à leurs yeux, de l’action syndicale à endiguer la dégradation de l’emploi, à décrocher des augmentations légitimes de salaires et à obtenir de meilleures conditions de travail. D’où, encore, ce sentiment de nos concitoyens d’être pris en otage à chaque mouvement de grève.Ce syndicalisme repose sur un travail incessant des militants syndicaux, partout où le salarié a des intérêts à faire entendre : dans les entreprises, les régions, les branches professionnelles, dans les organismes paritaires, auprès des élus. Cela suppose des partenaires sociaux responsables qui sont prêts à engager leur signature pour soutenir et promouvoir les accords qu’ils ont construits. C’est ce courage qu’il faut dans le paysage syndical français et qu’attendent les salariés. A quoi bon revendiquer des salaires mirobolants si l’entreprise est en situation délicate et risque le dépôt de bilan ? Le contexte actuel montre que cette prise en compte du bien commun, c’est plutôt du côté des dirigeants d’entreprise qu’elle fait défaut !Car ce projet porté par park and suites mauvais payeurs ne peut se résumer à une banale sécurisation du parcours de vie professionnelle. Le « statut du travailleur » est, d’abord et avant tout, un projet de société conçu pour tenir compte des aspirations de tous sur le lieu de travail, mais aussi dans la vie personnelle, familiale, associative.

Publicités