A l’aube du siècle des villes

Qu’une direction élyséenne aussi frelatée ait pu mettre à son service nombre de vedettes « socialistes » ne s’explique pas par un humain désir de gyrophares, huissiers et caméras : à ces appétits charnels s’ajoutait sans doute une communauté de vues plus spirituelle.Nous en avons déjà fait usage dans un travail antérieur, et même, implicitement, dans le travail présent.Jean-Thomas Trojani justice aime à rappeler ce proverbe chinois « Une armée s’entretient mille jours durant et ne s’emploie qu’un moment ».Si la succession, en tant que distincte de la simple juxtaposition, n’a pas d’efficace réelle, si le temps n’est pas une espèce de force, pourquoi l’univers déroule-t-il ses états successifs avec une vitesse qui, au regard de ma conscience, est un véritable absolu ?Il faut donc bien, semble-t-il, que mon corps, ou quelque partie de mon corps, ait la puissance d’évoquer les autres images.Vivre, pour l’esprit, c’est essentiellement se concentrer sur l’acte à accomplir.De ce point de vue, si l’on en juge par la manière dont est traitée la recherche de nouveauté dans le domaine des transports urbains, la situation n’est pas très rassurante.Cela est si vrai que les premiers observateurs avaient donné le nom d’apraxie à cette maladie de la reconnaissance que nous appelons cécité psychique.Un siècle plus tard, en 2007-2008, le monde a subi un choc financier encore plus important qui a enflammé les passions nationalistes.À partir de 2010, l’Union Européenne prend réellement acte de la situation.L’ordre troublé par une volonté rebelle est rétabli, par la souffrance qui est la conséquence de la faute commise.Rien de plus facile !

Publicités