La moitié de ces ingénieurs est absorbée par le secteur des services informatiques « offshore »

L’Inde attire à la fois en tant que débouché avec un marché intérieur gigantesque, et comme lieu d’externalisation de services, notamment informatiques – le fameux « business process outsourcing » (BPO) – et de production à bas coûts de biens industriels.Dans les vingt prochaines années, le revenu moyen des ménages triplera, et la classe moyenne indienne passera de 5% à 40% de la population, atteignant près de 600 millions d’individus. Chaque année, 3 millions d’étudiants obtiennent un diplôme à BAC+3 minimum, dont 700.000 ingénieurs, soit autant qu’en Chine. La moitié de ces ingénieurs est absorbée par le secteur des services informatiques « offshore », dont l’Inde détient 25% du marché mondial.Chaque année, 3 millions d’étudiants obtiennent un diplôme à BAC+3 minimum, dont 700.000 ingénieurs, soit autant qu’en Chine. La moitié de ces ingénieurs est absorbée par le secteur des services informatiques « offshore », dont l’Inde détient 25% du marché mondial.L’Inde capte plus des deux-tiers de ces activités dont la croissance est fulgurante.Ainsi vaut-il mieux s’en remettre à des partenaires locaux pour gérer la complexité juridique et fiscale. Sans être idéal, le cadre légal et réglementaire offre néanmoins plus de sécurité qu’en Chine.Cependant, et contrairement à la Chine, l’Inde offre des perspectives de rentabilité rapides.Dans tous les cas, la capacité à s’adapter aux exigences du marché intérieur indien apparaît comme un facteur clef de succès.

Publicités